Air Mauritius se penche sur le tourisme durable

1,2 milliard de touristes ont voyagé par avion, l’an dernier. Ce chiffre ne cessera de croitre. D’ailleurs l’industrie du tourisme est la troisième au monde contribuant d’une manière significative à la croissance économique mondiale. De ce fait, le tourisme durable est devenu un élément essentiel pour les compagnies d’aviation.

Dans le cadre de ses 50 ans, la compagnie Air Mauritius s’est penché sur le thème l’aviation et le tourisme durable. Le secrétaire général de l’Organisation Mondiale du Tourisme, Taleb Rifai, qui a fait le déplacement à Maurice pour cet événement, estime que le tourisme est l’avenir de l’Afrique, tout comme l’avenir se trouve en Afrique. « Il faut en tout temps développer la marque Maurice », dit-il en parlant de l’industrie locale. Pour lui, le secteur du tourisme peut contribuer à la richesse du pays et offrir des opportunités d’emplois pour les jeunes s’il est présenté comme il le faut.

Parlant de tourisme durable, Taleb Rifai soutient que la durabilité n’est pas uniquement la protection de l’environnement mais également la préservation de la vie et de la richesse.  Le plus important, selon lui, est de trouver l’équilibre entre la croissance et rendre le tourisme durable

Pour sa part, le ministre du Tourisme, Anil Gayan, s’est demandé si Maurice veut continuer le développement du secteur touristique, le pays pourra-t-il accueillir jusqu’à 4 millions de touristes dans les années à venir ? Il a pris l’exemple de Singapour, qui attire 16 millions de touristes, soit quatre fois sa population, et qui continue à améliorer ses infrastructures pour attirer encore plus de touristes. Selon lui, l’agrandissement de l’aéroport, la construction de six nouveaux hôtels dans le pays sont des moyens déployés pour que Maurice puisse davantage faire croître le secteur.

Anil Gayan est d’avis qu’il faut consolider les marchés traditionnels tout en cherchant de nouveaux marchés.

Par ailleurs, il indique que certaines compagnies aériennes chinoises veulent desservir Maurice, et de ce fait ajouter au nombre de touristes chinois dans le pays. Mais pour le ministre du Tourisme, des discussions sont nécessaires avant que cela se réalise. Au niveau du tourisme dans la région, il souligne que des travaux seront réalisés sur Agaléga, notamment avec l’agrandissement de la piste d’atterrissage et d’autres facilités. Il estime qu’Agaléga peut devenir un « hub » pour les bateaux de croisière. Si le tourisme est un moteur de croissance, Anil Gayan estime qu’il doit être soutenable.

Pour Somas Appavou, CEO d’Air Mauritius, l’entreprise continue son envol et a mis en place des actions soutenables pour la préservation de l’environnement et également sur sa flotte. En ce sens, il soutient que les nouveaux avions qu’Air Mauritius réceptionnera jusqu’en 2023 seront de 25 % plus « fuel efficient » que les avions conventionnels. De plus, la campagne « one take off one plant » lancée par la compagnie permet de mettre en terre 6 000 plantes chaque année.

Air Mauritius redécolle

La compagnie d’aviation nationale est en plein envol. Dans son rapport annuel, on note que le profit réalisé est de Rs 1,06 milliard pour l’année 2016/2017.  De plus Air Mauritius accueillera bientôt des Airbus A350-900, est aussi au programme le réaménagement d’avions et les nouvelles destinations entre autres. Tout ceci se fera sous l’œil vigilant du nouveau  Chief Executive Officer, Somaskaran Appavou.

26,9 millions d’euros (Rs 1,06 milliard). Cette somme représente le profit réalisé par le groupe Air Mauritius pour l’année 2016/2017. C’est une grande fierté pour la compagnie car, c’est une première depuis les 50 ans d’histoire d’Air Mauritius. L’année précédente, les bénéfices ont été de 11,5 millions d’euros. Deux ans plus tôt, le groupe a essuyé des pertes de 23,7 millions d’euros. Cette performance a été réalisée dans un environnement stable au niveau du prix du pétrole et le taux de change dollar/euro. Au cours de ces 12 mois (avril 2016 à mars 2017), Air Mauritius a eu Megh Pillay comme CEO jusqu’à fin octobre 2016 et Raja Buton, qui occupe depuis le poste d’Officer in Charge d’Air Mauritius.

Arjoon Suddhoo, président du conseil d’administration d’Air Mauritius fait ressortir dans ce rapport annuel, que la situation financière en amélioration de la compagnie, permet désormais l’exécution d’un plan d’investissement ambitieux et sans précédent. Il ajoute que des commandes ont été placées pour huit nouveaux avions, alors que le réaménagement intérieur des avions déjà dans la flotte sera complété en juin 2018.

Raja Buton a pour sa part rappelé que la compagnie accueillera deux nouveaux Airbus A350-900 en 2017. En 2018, ce sera  deux A330-900, suivi de deux A350-900 en 2019. La compagnie prendra livraison de deux A350-900 en 2023.

En dépit de ces performances, Air Mauritius ne compte pas dormir sur ses lauriers. Elle est consciente que la compétition s’est accrue avec l’arrivée de nouveaux opérateurs et des compagnies d’aviation qui ont augmenté le nombre de vols et/ou sièges. L’impact sur les tarifs s’est transcrit par une baisse de 5,8 % dans le rendement par passager.

Accord entre AR et KLM Royal Dutch Airlines

Autre stratégie, Air Mauritius et KLM Royal Dutch Airlines sont tombées d’accord pour inclure de nouvelles destinations au-delà d’Amsterdam et de Plaisance.

La compagnie aérienne nationale pense ajouter 26 nouvelles destinations européennes desservies via Amsterdam avec un code Air Mauritius. Ces destinations sont inclues dans le programme de vols de KLM et disponibles à ses partenaires commerciaux. Ce faisant, les clients habitant ces villes auront de meilleures opportunités pour planifier leur voyage vers Maurice. Les villes se trouvent au Royaume-Uni, en Finlande, en Suède, en Autriche, au Danemark et en Norvège.

Du sang neuf sur le board

Autre événement important au sein de la compagnie Air Mauritius, la ratification de la nomination de Somaskaran Appavou comme Chief Executive Officer.

Lors de cette rencontre qui a eu lieu le 24 juillet dernier, au Hennessy Park, quatre directeurs ont été nominés par le conseil d’administration. Ils sont Nayen Koomar Ballah, Secrétaire au Cabinet et Chef de la Fonction publique, les avoués Ammanah Ragavoodoo et Anwar Abbasakoor, et l’homme d’affaires Derek Lam Po Tang.

Du côté des anciens, on retrouve Prakash Maunthrooa, nommé conseiller spécial du conseil d’administration de MK, Bissoon Mungroo, partisan du MSM, Yoosuf Salemohamed, président d’Enterprise Mauritius et Banoomatee Veerasamy, sœur du ministre Vishnu Lutchmeenaraidoo et Dev Manraj, secrétaire financier aux Finances.

Lors de cette assemblée générale annuelle, les actionnaires d’Air Mauritius ont également soulevé quelques points. Par exemple, le recrutement des pilotes étrangers au détriment de leurs collègues mauriciens. Arjoon Suddhoo, le président du conseil d’administration de la compagnie nationale d’aviation, a affirmé que la majorité des Mauriciens seront recrutés, mais il faut avant tout prendre en considération l’aspect de sécurité. Au total, 51 % des pilotes sont Mauriciens. MK procède actuellement au recrutement de 20 pilotes additionnels.

Raj Juggurnauth, un des actionnaires, a pour sa part, suggéré de prendre des décisions afin d’augmenter les revenus de MK. Notamment en diminuant les dépenses inutiles, en évaluant chaque département ou encore en analysant les failles… Il a, par ailleurs, fait ressortir qu’il faudrait revoir la politique de recrutement. «Si on recrute des employés dans Airmate, pourquoi recruter au niveau du Management chez Air Mauritius ?» Raj Juggurnauth estime que ce n’est pas une bonne pratique. La direction de MK a alors annoncé la mise en place d’une Task Force pour revoir le système de recrutement.

Les actionnaires se sont également interrogés sur les pertes de Rs 5,5 milliards dues au hedging durant la période 2008-2009. Ils ont voulu savoir si des sanctions légales seront prises contre ceux qui ont fauté. Arjoon Suddhoo a expliqué qu’aucune sanction légale ne peut être prise. «Si jamais il y a une possibilité de le faire, nous le ferons.»

Pour sa part, Bissoon Mungroo a défendu bec et ongle, la nomination du nouveau CEO. Somaskaran Appavou a-t-il rappelé a de l’expérience au sein de l’aviation et il a été le meilleur de ceux qui ont postulé, pour être le CEO d’Air Mauritius.

Bissoon Mungroo a aussi maintenu qu’il n’y a pas eu de pressions politiques pour que MK porte son choix sur le nouveau CEO. Selon lui, les politiciens au pouvoir ne donnent que des directives au conseil d’administration qui va analyser et les renvoie au management.

Air Mauritius dans les Top 500

Le travail assidu au sein d’Air Mauritius s’est reflété dans l’édition 2017 du Top 500 de l’océan Indien du magazine économique L’Eco austral.  Air Mauritius y occupe la 6e place, avec un chiffre d’affaires en euros de 490,8 millions.

 

 

Laisser une réponse

  • (will not be published)